La biodiversité

Le nouveau plan de gestion pluriannuel des espaces verts et boisés communaux, s’inscrit dans une démarche plus respectueuse de l’environnement. Il vise une cohabitation plus harmonieuse entre la nature et la ville.

Le principe est de minimiser les interventions tout en respectant l’environnement et les caractéristiques des lieux. Prévu sur plusieurs années, le plan définit les pratiques les mieux adaptées à chaque espace vert :  plantations, entretiens spécifiques (taille, tonte, arrosage ou encore traitements phytosanitaires). Pour cela, le mode de gestion différencié définit quatre “identités paysagères”, de la plus urbaine à la plus naturelle.

Pour les espaces jardinés - entrées de ville, ronds-points et abords des structures communales tels l’hôtel de ville, la médiathèque, les écoles, le cimetière - l’image de prestige sera accentuée par des plantations saisonnières (fleurs annuelles ou bisannuelles, en mélanges) ainsi que par un traitement particulier des volumes, des contrastes ou des éventuels matériaux de construction. 

Dans les espaces floraux - parc communal, parc Lapresté... - il est prévu une revalorisation par la plantation d’essences remarquables (chêne des Marais, tulipier de Virginie, cèdre d’Himalaya...), de bulbes, de fougères et de plantes vivaces dans les sous-bois. 

Les espaces rustiques, coulées vertes, boulevards, abords de zones vertes, qui privilégient les arbres s’adaptant à notre région se verront attribuer une mixité de mélanges fleuris, de tontes régulières ou de fauches tardives. Ces dernières s’effectuent une fois par an, après le 15 juin, pour le développement des plantes indigènes (coquelicots, bleuets, chardons, orchidées sauvages...). Lesquelles favorisent l’apparition des insectes qui à leur tour contribuent à l’augmentation des oiseaux. 

Enfin, dans les zones naturelles - Village, bords de l’Oise, coulées vertes limitrophes des zones agricoles... - les espaces fréquentés seront entretenus, le reste sera traité en fauche tardive.

En accord avec la Communauté d’agglomération qui pratique également une gestion différenciée de ses espaces verts, il est prévu à terme de trouver une harmonisation entre les espaces communautaires et ceux appartenant à la commune. L’objectif étant de valoriser notamment les entrées de ville.